Comment se débarrasser des loirs ?
Maison

Comment se débarrasser des loirs ?

Le loir est sans aucun doute l’un des nuisibles les plus pénibles que l’on puisse capturer dans une maison. Il aime nicher dans les greniers et y cause souvent des dégâts importants. Par-dessus tout, il est gênant que des créatures nocturnes vous privent de sommeil. Les loirs, contrairement à d’autres nuisibles, ne peuvent pas être détruits. Vous devez trouver une autre méthode pour les éradiquer.

Les loirs

Le loir est un rongeur nocturne dont la taille est similaire à celle d’une souris et la forme à celle d’un écureuil. Il a une durée de vie allant jusqu’à neuf ans et est adepte de l’escalade des murs et des arbres. À l’état sauvage, il aime dormir et nicher dans les trous d’arbres. Les greniers et les fermes de toit semblent l’attirer mystérieusement dans les quartiers résidentiels. Ils lui offrent un abri suffisant pour la journée pendant qu’il fait la sieste. De plus, le climat y est agréable, et la source de nourriture n’est pas loin. En raison de ses déplacements nocturnes, il peut contribuer de manière significative à la pollution sonore. De plus, ses excréments et son urine génèrent des odeurs désagréables. Une fois qu’un loir a élu domicile dans un grenier, il est assez difficile de l’en déloger.

Le loir est classé parmi les espèces menacées dans pratiquement tous les pays d’Europe occidentale. Par conséquent, ils sont protégés et ne peuvent pas être abattus. Pour éradiquer un seul loir ou une famille de loirs, il est donc interdit d’employer du poison ou des pièges susceptibles de blesser les animaux. Cela les distingue des autres nuisibles domestiques tels que les souris ou les rats. Le seul moyen légalement autorisé et totalement efficace est de le capturer vivant et de le déplacer dans un autre environnement.

Si vous souhaitez vous débarrasser d’un loir, vous pouvez également rechercher des remèdes maison efficaces. Si vous consultez des amis ou faites une recherche sur Internet, vous trouverez diverses recommandations à ce sujet. Par exemple, il est conseillé de mettre de la musique forte ou d’autres bruits pour le faire fuir. De plus, les odeurs profondes permettent de diriger l’attention de l’animal au loin. Toutefois, la réalité est qu’aucune de ces méthodes ne fonctionne de manière constante et, surtout, durable. Un loir repoussé par de la musique forte, par exemple, reviendra très probablement dès que l’environnement redeviendra calme. De plus, les appareils à ultrasons, comme ceux utilisés dans la lutte contre les parasites, semblent avoir peu d’effet sur le loir.

 

Demander de l’aide à un professionnel ?

Lorsqu’une maison ou un appartement est infesté de vermine, de nombreuses personnes contactent un exterminateur. En tant que professionnel, il connaît bien les procédures à suivre pour expulser les hôtes indésirables. Cependant, comme le loir ne peut être détruit, même un exterminateur professionnel ne peut apporter qu’une aide limitée. Même lui est contraint de capturer la bête vivante. Mais cela demande de la patience et beaucoup de temps : il est toutefois judicieux de procéder soi-même au piégeage proprement dit.

 

Piéger vivant

La méthode la plus efficace pour attraper un loir est l’utilisation d’un piège dit vivant. Contrairement à un piège à souris ou à rat traditionnel, celui-ci ne tue pas l’animal, mais l’emprisonne. Lorsque le piège se referme, le loir capturé peut avoir des réactions de stress importantes, mais il vivra très certainement. En principe, un piège vivant est une cage équipée d’un mécanisme unique. Lorsque le loir entre dans la cage et active ce mécanisme, le piège se ferme et le loir est scapturé. Il n’existe pas de pièges spécifiques pour les loirs. Il est donc recommandé d’utiliser des pièges vivants pour les souris ou les rats, fabriqués à partir d’un grillage métallique résistant. Ils peuvent être achetés dans les supermarchés pour à peine dix euros.

 

L’appât

Naturellement, il vous faut aussi un appât pour attirer le loir dans le piège. Ne vous y trompez pas : les loirs sont des créatures intelligentes qui connaissent parfaitement leur environnement. Si un nouvel élément est ajouté brusquement, il sera d’abord considéré avec méfiance. Il faut des arguments persuasifs pour convaincre les animaux d’entrer physiquement dans l’étui. Une friandise, par exemple, est un argument très convaincant : des tranches de pommes fraîches sont tout à fait attrayantes pour les petits loirs.

En outre, une combinaison exclusive, qui peut être facilement préparée à la maison, a montré son intérêt. Cette recette nécessite les ingrédients suivants :

-du beurre de cacahuètes
– des raisins secs qui n’ont pas été trempés dans l’alcool
– des flocons d’avoine, fins ou grossiers
– une petite quantité d’eau

Les ingrédients sont mélangés dans un saladier à l’aide d’une cuillère propre, puis des grumeaux sont créés à partir de la masse. Vous insérez ensuite ces grumeaux dans la cage. Le beurre de cacahuètes, en particulier, dégage une odeur qui les attire.
Conseil : évitez si possible de toucher l’appât, car l’odeur humaine bizarre peut effrayer les animaux. Il est conseillé d’utiliser une cuillère ou une fourchette pour le manipuler.

La préparation

Avant d’installer le ou les pièges, il est nécessaire de déterminer l’emplacement précis du nid du loir.
Il est utile de vérifier s’il y a une seule ou plusieurs créatures. En général, les loirs sont à l’aise dans les greniers. Il est assez simple d’identifier si un animal y vit en se basant sur les excréments et les traces de mastication. En revanche, vous ne le verrez pas pendant la journée. Le piège peut être posé s’il est certain qu’un loir a habité le grenier. Il faut envisager de poser plusieurs pièges en fonction de la taille du grenier. L’endroit où le piège est posé n’a pratiquement aucune importance. L’odeur de l’appât attirera toujours le loir.

Il est possible qu’il faille plusieurs jours avant qu’un des animaux ne se glisse dans le piège. Les loirs ne sont pas seulement intelligents, ils sont aussi méfiants. Ils doivent d’abord se faire à l’idée qu’un nouvel élément est entré dans leur région. Par conséquent, il faudra peut-être changer l’appât une ou deux fois. Dans tous les cas, des contrôles quotidiens sont nécessaires. Le mieux est de le faire le matin, car les loirs sont des créatures nocturnes qui dorment toute la journée.

 

Transfert

Après avoir capturé le loir, il faut le déplacer dans un nouvel environnement. Il est insuffisant de le laisser dans le jardin ou dans la forêt adjacente. Les animaux ont un sens de l’orientation exceptionnel et reviennent rapidement. Par conséquent, la distance est essentielle. Un trajet d’environ cinq kilomètres ne présente aucune difficulté pour le loir. Il est donc préférable de conduire le rongeur piégé aussi loin que possible avant de le relâcher dans la nature. Pour être sûr, il est recommandé de disposer de barrières naturelles telles qu’une montagne ou une rivière.

Mesures préventives

Si un loir a choisi un grenier comme domaine, il l’a fait pour une bonne raison. Cependant, ces facteurs peuvent également attirer d’autres loirs à occuper le grenier. Pour éviter cela, il faut prendre des précautions pour ne pas inviter le prochain visiteur indésirable sous la maison. Les loirs ont souvent accès au grenier des éléments de toiture cassés. Il est donc essentiel de sceller ces points d’entrée.